Manger est un acte citoyen

J’en appelle ici à une Déclaration universelle de la gastronomie humaniste. Alain Ducasse

Loin de ses fourneaux aux trois astres, Alain Ducasse nous livre ici, à bord de la sagesse, un carnet non de commandes (ou presque), mais de bord, et aborde, cyclopéen, un autre pan de sa perception, celui visionnaire d’un monde en voie de disparition. La toque étoilée toquée d’authenticité, l’une des cent personnalités les plus influentes de tous les temps, tire la sonnette d’alarme, à nous autres, terriens, et, ainsi, scelle avec bienveillance et détermination, son engament citoyen.

Au cours de son récit de voyage de vie, aux quatre coins du monde, le cuisinier retrace par fragments, ses mémoires de jeune chef jusqu’à aujourd’hui. Le souvenir de sa grand-mère, premier mentor du maître gascon de cœur méditerranéen, s’installe d’emblée comme sa première bonne étoile. Entre ses bribes autobiographiques, se glissent des pensées éveillées, critiques, alertes et documentées, où tous les sujets tabous encore en France sont énoncés. Entre autres : La démocratisation de la bonne cuisine à la cantine, ou comment rééduquer « les grands » (parents, enseignants, cuisiniers, hommes politiques, etc.) au Vrai Goût (non altéré par la suprématie industrielle) qui, à leur tour, pourront « apprendre à manger bon et sain » à leurs enfants. Une autre réflexion de l’auteur attire toute notre attention : « La survie de l’individu et de l’espèce répond en effet à une logique darwinienne : soit on mange, soit on est mangé. Et c’est précisément pour ne pas manger leurs semblables que les humains, il y a des centaines de milliers d’années, ont commencé à enterrer leur mort. » Nous enterrons nos morts pour ne pas les manger… (De là à dire que le cimetière est un garde-manger, il n’y a qu’un funeste pas que je ne franchirai pas). Cette pensée effroyable et édifiante en dit long sur les instincts pervertis de l’Homme. Le régime ultra carné qui sévit sur notre belle Terre serait-il une conséquence des horreurs de la Seconde Guerre mondiale ? À méditer.

De sa rencontre avec Dan Barber, chef du Blue Hill Farm et figure de proue du farm-to-table, à celle avec les producteurs qui révolutionnent tout un écosystème normand et autres maraîchers de banlieue attachés à leur terre précieuse, Alain Ducasse nous retranscrit, ici, ses plus singuliers souvenirs, hissant tous ces acteurs du bio, aux hauts rangs des chevaliers d’une nouvelle Table ronde, qui, râteaux et bonnes fourchettes au poing, tentent de redistribuer les cartes du monde de demain, avec le même combat en tête, celui d’une « gastronomie humaniste » pour tous, respectueuse de la santé et de l’environnement.

Espérons que cette Déclaration universelle de la gastronomie humaniste soit portée par le plus grand nombre : http://www.manger-est-un-acte-citoyen.org/

D’ores et déjà, Alain Ducasse se place avec Manger est un acte citoyen en chef de file du mouvement gastro-citoyen.

Retrouvez en complément Le Billet mal luné de l’Affreux « Un » qui fait le point sur l’état critique de notre belle planète.

En savoir plus sur Alain Ducasse : http://www.alain-ducasse.com/

Manger est un acte citoyen Alain Ducasse – Christian Regouby/ éditions Les Liens qui Libèrent parution le 22 mars 2017


Bertille Delporte-Fontaine

 

 

 

Publicités