Les enfants ! Vous venez jardiner ?

Main verte pour les petits lutins

Dans un monde de plus en plus déconnecté du réel pour un Éden virtuel technologique, nous, les Hommes, sommes sur le point d’oublier nos connections premières avec la Terre, mère de notre alimentation.

Selon une étude de l’ASEF (Association Santé Environnement France), 87% des enfants (912 élèves de huit à douze ans interrogés en milieu scolaire), ne savent pas distinguer un artichaut, d’une courgette, ou d’une betterave. Et encore ça n’est rien, quand on voit que 40% des enfants interrogés ont du mal à reconnaître les aliments transformés. Ils ne savent même pas que ces chips et frites qu’ils affectionnent tant (ainsi que leurs parents) sont des pommes de terre ou bien que le jambon est en réalité un porc et que les Nuggets du McDonald’s sont faits à partir de poulets (pas franchement frais) ou bien que le sucre vient de la betterave ou de la canne à sucre. Données impensables il y a cinquante ans.

La faute à qui ? Aux parents qui par manque de temps ou paresse choisissent une apparente facilité en optant pour le menu tranquillité à la maison : « steak haché/ frites en plat peinard », « Bounty réconfort » au dessert, « Oasis des carries plein les dents » en accompagnement, ou bien à l’Éducation Nationale, qui mal formée, mal informée désinforme dès la petite enfance les porteurs des espoirs de demain en poursuivant des enseignements obsolètes ? Pas aux enfants, en tout cas. Quel exemple leur montrons-nous avec nos snacks et plats industriels ingurgités à la va-vite à n’importe quelle heure ? *

Force est de constater qu’avec une pareille alimentation, le trou de la sécurité sociale va davantage s’enfoncer…

Alors que faire ? Jeter aux oubliettes publiques l’éducation de la génération seventies/ eighties élevée aux hormones publicitaires ? S’asseoir sur son cancer du colon à venir ?

Ne soyons pas si noirs, mes amis.

Des solutions existent, comme pencher la tête en avant et regarder sous nos pieds (ou à travers le goudron pour ceux qui possèdent la vision X). Et simplement se reconnecter à la terre, dès le plus jeune âge.

On pense à tort que les enfants préfèrent jouer avec des sucreries ou des aliments dits faciles d’accès (industriels) parce que l’emballage est clinquant… On se trompe. Les gamins, plus que nous, les adultes, sont naturellement connectés à l’humus et ses trésors. Ceux nés et élevés à la campagne (la vraie, celle de la paysannerie pas celle de l’agriculture de masse et ses pesticides) savent de quoi je parle. Les autres, les citadins éloignés de leur « Nature Première » sont tout aussi connectés, mais n’ont pas ou peu accès à la terre ferme. Et pourtant, les grandes villes, à l’initiative des mairies multiplient les jardins potagers. Des nombreux animateurs spécialisés dans le jardinage et l’agriculture sont disposés à transmettre aux plus jeunes une philosophie du jardinage avec des fruits et légumes cultivés sur des terres bio.

Emplacement du raccordement de la ligne de Paris-Bastille à la Petite Ceinture, Paris, mai 2013

À trop confondre les enfants avec des ballons sauteurs à l’inattention inexistante, on oublie qu’il est possible de les captiver avec une approche ludique du jardinage. Planter pour récolter, c’est quand même franchement sympathique.

Citadins, si vous disposez d’un balcon, ou d’une terrasse, vous pouvez jardiner sans problème. Sinon, les jardins partagés s’offrent à vous :

http://jardins-partages.org/

À ceux qui veulent se lancer dans l’aventure du jardinage en compagnie de leurs petits, je vous recommande l’ouvrage Les enfants ! Vous venez jardiner ?, signé Ghislaine Deniau, animatrice nature et responsable pédagogique au Centre Terre vivante, qui propose aux enfants de trois à douze ans un apprentissage ludique du jardinage. Dans son livre pratique et ses ateliers verts, elle initie les enfants à la terre, à la biodiversité, aux légumes et leurs saisons, à recycler l’eau (de plus en plus rare en ce monde) destinée aux plantes…. Pour compléter le tableau récréatif du jardinage, des activités complémentaires, originales et fun, sont proposées aux kids, comme peindre les légumes, fabriquer une flûte avec une carotte, construire un abri à insectes, sans oublier cuisiner des recettes avec le fruit de leur travail :

Elle propose également (et ça, c’est très malin) un calendrier amusant des fruits et légumes de saison.

Seul bémol, on ne trouve pas dans son guide un calendrier lunaire, indispensable pour cultiver un jardin. Je vous recommande celui de Michel Gros, ingénieux à souhait:

https://www.calendrier-lunaire.fr/le-calendrier/qui-sommes-nous/

Alors, les enfants (et leurs parents), vous attendez quoi pour venir jardiner ?

Pour plus d’infos :

http://boutique.terrevivante.org/librairie/livres/313/jardin-bio/facile-et-bio/458-les-enfants–vous-venez-jardiner.htm

Les enfants ! Vous venez jardiner ? guide pratique signé Ghislaine Deniau, photos J-J Raynal, Terre Vivante, 17 mars 2017, 120 pages, 14,00 euros.

*(Nous reviendrons dans les Chroniques des Fontaines sur le sujet épineux qu’est l’alimentation des enfants avec un dossier de fond)

 


Arnaud Delporte-Fontaine