Le guide pratique du jeûne

Jeûner à volonté sans les inconvénients du carême…
… c’est possible et c’est même recommandé si vous tenez à tirer sur la corde de votre vie plus longtemps encore.

Comment ?
En cessant de s’alimenter durant un certain laps de temps.
Et surtout pourquoi ?
Pour redonner à votre corps et à votre esprit l’énergie gaspillée tout au long de l’année, et laisser à votre organisme le temps de se refaire une santé, et parfois, pour soulager ou annihiler des pathologies plus graves.

Pour faire simple et rester basique, votre corps fonctionne comme votre ordinateur. Si vous passez votre temps à le gaver d’informations, de programmes derniers cris, et d’autres téléchargements plus ou moins légaux, il va finir par saturer, vous forçant à le défragmenter, à nettoyer ses disques, supprimer ses virus, ses vers, etc. de manière à ce qu’il se refasse une beauté. Pour notre corps, à deux-trois détails près, c’est pareil. Si nous passons nos heures éveillées à consommer sans cesse de la nourriture (souvent trop grasse, trop saturée, trop machinée par la science, etc.), nous encombrons notre intestin, affaiblissons notre système immunitaire et laissons nos pathologies dites « modernes » se développer comme de vilains petits virus en nos seins, comme : les maladies auto-immunes, le cholestérol, l’hypertension, les rhumatismes, les allergies, la dépression nerveuse, les cancers, etc.

Pratiquer le jeûne thérapeutique n’a rien à voir avec la religion. Cessons les amalgames. C’est un exercice autonome centré sur soi et non sur un « Salut venu d’ailleurs ». Il existe plusieurs types de jeûnes, les formats courts (24 heures) ou longs (allant jusqu’à plusieurs semaines), à adopter selon votre santé, votre profil, vos besoins, votre volonté.

Et je le rappelle, le jeûne remonte à très loin. Les Grecs y étaient accrocs. Quand leur médecine traditionnelle échouait à guérir un patient atteint d’une pathologie grave, ils le faisaient jeûner environ trente jours en le sustentant uniquement avec de l’eau (jeûne hydrique). Au terme des trente jours, il n’était pas rare de voir le malade rétabli…

Le Dr Lionel Coudron, spécialiste de la nutrition, et auteur du présent ouvrage, en nous contant son expérience, en nous dé-« vulgarisant » une pratique trop souvent décriée par les uns et les autres (les médecins, mal formés mal informés, distributeurs de pilules de plus en plus difficiles à avaler au service du consumérisme), souvent par méconnaissance, mais aussi par peur de faire l’impasse une journée sur le trio steak-pinard-fromage. N’oublions pas que souvent nous nous nourrissons pour combler une peur du vide et non un besoin vital. C’est le luxe que nous offre notre société de consommation. Se remplir est une façon de compenser nos frustrations, nos échecs, et nos peines. Le « trop-plein » abrutit nos consciences, un temps. Le hic, c’est que le lendemain, les ennuis redoublent d’intensité et qu’il faut encore plus assouvir notre fringale sans faim.

L’auteur nous montre, sans obligation aucune, sans chercher à vous embrigader dans un mouvement sectaire ou je ne sais quel groupuscule étiqueté « hippie » que le jeûne peut améliorer l’état de chacun dans différents cas d’affection mais peut aussi être pratiqué simplement pour mieux vivre, mieux respirer, mieux penser.

Personnellement, j’ai opté pour la formule légère du jeûne court (seize heures), je me contente de sauter le dîner de manière à améliorer ma récupération nocturne. Car, un ventre trop repu le soir apporte bien des cauchemars…

(Attention ! Le jeûne n’est pas un sens interdit à un mode de vie rabelaisien. C’est une pause nécessaire à la régénération de votre corps pour plus si affinités…)

Le mieux c’est de lire ce bouquin bien ficelé à la portée des cervelles les plus enchevêtrées.

Un livre à dévorer avec modération !

Pour plus d’infos :

http://boutique.terrevivante.org/librairie/livres/320/alimentation/conseils-d-expert/458-le-guide-pratique-du-jeune.htm

Le guide pratique du jeûne par le Dr Lionel Coudron, Terre Vivante, 04 mai 2017, 192 pages, 19,00 euros.


 Arnaud Delporte-Fontaine