L’Archer Blanc

L’Archer Blanc fait mouche chez Original Watts

Avec la réédition des aventures de L’Archer Blanc en format A4, les éditions Original Watts ont vu les choses en grand pour ce héros disparu depuis si longtemps dans les limbes de la bande dessinée. Originellement édité dans Le Journal de Mickey durant les années 80, les flèches immaculées de l’archer aux trajectoires décidées par le scénariste François Corteggiani (il est l’un des artistes qui ont signé les péripéties du chien Pif dans les pages à gadget de la revue éponyme), aux courbes infléchies dessinées par Jean-Yves Mitton (l’un des pères, sinon « le », des super héros franchouillards), le Green Arrow made in France met une flèche dans le mille de nos mirettes avec son come-back.

Original Watts, l’éditeur spécialisé dans les éditions limitées de luxe (mais pas que, allez jeter un œil sur son site) ramène depuis quelques années déjà, sur le devant de la scène ces héros parfois méconnus ou oubliés qui, a contrario, des types en collants de chez Marvel n’ont pas eu la chance d’être soutenus par une World Company. Mikros, Photonik, Epsilon, Kronos, Blackstar, ça vous cause (allez relire mon papier consacré au fils du néant sur les pages de Brazil, ici) ? Déjà, des effluves luminescents viennent vous bousculer les encéphales. Oui, ces héros ont également officié dans les pages des revues consacrées aux super héros américains. Ces revues, Strange, Titan, Nova, Special Strange, Spidey, Mustang, etc., éditées par Lug et Semic plus tard, ont amené sur le sol français les Spider-Man, Iron Man, X-Men, Fantastic Four et consorts (sans ces éditeurs, jamais ils n’auraient connu un tel succès dans nos contrées). C’est comme ça que les éditeurs français ont eu l’idée à l’époque de proposer à un jeune artiste, Mitton, de concocter des héros made in Paris (ha ha ha !). Flanqué de son sbire Cyrus Tota, le père de Photonik, il nous a offert (entre autres) les aventures de Mikros, Saltarella, et Crabb, série prologue des récits futuristes d’Epsilon (je n’oublie pas Marcel Navarro, le co-scénariste de Mikros, rest in peace, man).

Mais revenons à notre archer diaphane. De quoi ça parle, L’Archer Blanc, sinon d’une volée de bois blanc ?

Un petit synopsis s’impose : comme souvent dans les récits héroïques, c’est l’histoire d’un jeune homme, qui dans un futur proche, à l’instar, de La Tulipe Noire, ou de Robin des Bois, va s’opposer à la tyrannie des puissants et protéger les plus faibles. Flanqué du costume et de l’arc légendaires de l’archer blanc, doté de super pouvoirs qui vont de pair avec le genre, il va affronter le méchant Klovos et remettre les valeurs humaines au goût du jour dans la ville de Sherwood.

Bullseye donc, chez Original Watts :

http://www.originalwatts.com/nos-collections/382-coffret-l-archer-blanc.html?cid=12

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur Mitton, c’est par ici :

http://mitton.free.fr/

L’Archer Blanc, scénario Corteggiani et dessin de Jean-Yves Mitton, Original Watts, comics de 24 pages, coffret 6 tomes format A4 / 45 euros, ou 6,50 euros le tome.

Retrouvez en parallèle mon entretien légendaire avec Jean-Yves Mitton, ici, dans la rubrique « Les Parisiennes » « Rencontres & Entretiens ».


Arnold Door-Fountain

Publicités