L’Âne d’or

lane-dor-manaraJ’ai pensé, pour cette toute première rubrique dédiée à la BD, vous faire voyager, dans le plus simple appareil, aux côtés des courbes dénudées du maestro des récits érotiques, Milo Manara.

Le roi de la volupté a vu l’un de ses plus beaux récits, L’Âne d’or, ressortir en version non censurée chez ces éditeurs qui n’ont décidément pas froid aux yeux, Les Humanoïdes Associés.

Avec son adaptation libre en bande dessinée des Métamorphoses du philosophe Apulée, écrites au IIème siècle après le Christ, classique faisant écho à Ovide, Manara nous livre avec son dessin en costume d’ Ève, une ode à la nudité qui nous reconnecte avec nos sens et nos origines.

ane-dor-2L’Âne d’or, c’est une fable, dans laquelle son héros se voit donner une leçon par cette fatalité propre à la mythologie grecque. Lucius, éphèbe aux traits sculptés par les dieux, amateur de jolis culs, jouisseur jusqu’à plus d’heure, et descendant de Plutarque au passage, va se voir changer en âne, après un malentendu magique.  D’aventures en errances, il va se confronter, pénis en avant, aux étrangetés parfois cruelles de l’homme…

Il va entreprendre, à quatre pattes, un voyage initiatique, s’initier à la magie la plus cocasse ainsi qu’aux mythes fondateurs. Les situations comiques d’un homme-âne au sexe pointé à l’horizon sont des plus truculentes… Ses rencontres avec le beau sexe, aussi… À ce propos, On ne sait plus si c’est la femme qui monte l’âne, ou l’inverse… Esprits épicuriens, imaginez !

Dans ce récit, il y a les « mots » lascifs et poétiques d’Apulée… Difficile de tomber dans la vulgarité avec un matériau d’aussi belle qualité. Et puis, il y a le coup de crayon voluptueux de Manara qui rend hommage à la nudité, à l’entrelacement des corps, aux courbes infléchies. L’artiste donne vie aux débauches des apôtres de la déesse Cybèle, dignes des bacchanales, nous conte les mœurs débridées de cette ère où l’insouciance et le danger s’entrecroisent sans cesse, une ère durant laquelle, à l’instar d’un valeureux Thésée, rien n’est impossible pour l’âme Rastignac de Lucius.

L’Âne d’or de Manara est un bien-être visuel, une échappée sensorielle, un retour aux sources du beau indispensable en ces temps voilés.

L’Âne d’or, scénario et dessin de Milo Manara, Les Humanoïdes Associés, août 2016, 56 pages, 17,95 euros.


Arnaud Delporte-Fontaine