Akira tome 2

AKIRA, et ça continue encore et encore…

2019 toujours, et la lutte pour la survie se poursuit dans le tome 2 des rééditions d’Akira supervisées par la maestro Otomo, himself (on est jamais mieux servi que pas soi-même) chez Glénat.

La dernière fois que j’avais causé d’Akira, c’était dans les pages indé de Brazil. Nous avions laissé Kaneda, le motorcycle boy nippon, aux prises avec son ex-meilleur friend, Tetsuo, le Vegeta aux faux airs de Dane DeHaan (si l’adaptation ciné est toujours d’actualité, votez, DeHaan). Côté Kaneda, je verrais bien le jeune prodige torturé, Dylan Minnette (ne nous arrêtons pas à un mauvais jeu de mot), de la série socio-suicidaire, werthérienne, 13 Reasons Why.

Dans ce tome 2 donc, Tetsuo en a ras-le-bol de jouer les cobayes et use de ses pouvoirs télékinésiques pour faire péter la baraque du fasciste Colonel et se met en tête de trouver celui dont le prénom est murmuré avec effroi, Akira. De son côté, Kaneda flanqué de la sexy et bavarde Kei, s’échappe du même complexe militaire et cherche à calmer définitivement (d’une balle dans la tête de préférence) les migraines qui ont fait péter les plombs de son vieux pote, Tetsuo. Eh, le mec a tout de même buté Yamagata dans le tome 1. Ce volume se conclut dans un bain de sang noir et blanc et laisse Tetsuo qu’on adore abhorrer dans une fâcheuse posture.

À suivre dans le tome 3. « Attention  Danger ! » Hautement radioactif !

Le tome 2 d’Akira est en tête de gondole ici même :

http://www.glenatmanga.com/akira-noir-et-blanc-edition-originale-tome-2-9782344012413.htm

Pour ceux qui veulent se délecter du trait d’Otomo, c’est par ici :

https://fr.pinterest.com/bvenancie/the-art-of-katsuhiro-otomo/

Interview à cœur ouvert d’Otomo sur les pages de nos confrères (en un seul mot) où l’auteur réalise à quel point, Akira était visionnaire au regard du drame de Fukushima:

http://www.telerama.fr/livre/katsuhiro-otomo-akira-est-une-oeuvre-antisysteme,144046.php

Akira, Noir et blanc, édition originale, tome 2, scénario et dessin de Katsuhiro Otomo, Glénat, mai 2017, 304 pages, 14,95 euros.


Arnaud Delporte-Fontaine

Publicités