Attrape-brèves

Retrouvez ici dans l’Attrape-brèves, rubrique de bribes-à-brac, glanures de culture, instants sensés ou encensés, sorties-morceaux-choisis-cadavres-exquis, focus-hocus-pocus, zooms qui font boum, extraits d’actualités et autres fragments du moment, passés en revue entre rêve et réalité.


White Sand, tome.1

Tout était plat. Dans son esprit, il chercha quelque chose de vertical qu’il put greffer sur ce paysage. Mais il n’y avait rien, rien d’un horizon à l’autre sous l’air surchauffé. La brise n’agitait pas la moindre fleur, la moindre plante fragile. Les dunes…Et la falaise, là-bas, sous le ciel d’argent bleui. » Le cycle de Dune, tome 1, Frank Herbert

White Sand, encore une œuvre graphique splendide délivrée par l’éditeur indé, Graph Zeppelin. Le Cosmere, à l’instar de celui de Star Wars ou Dune, est l’univers imaginé par l’écrivain, Brandon Sanderson, dans lequel gravitent plusieurs mondes fantastiques dont la planète Taldain, cadre de notre récit. Directement tiré du premier roman non-publié de l’auteur, donc inédit à ce jour, ce comic book signé par le duo Hoskin au scénario et Gopez au dessin, nous raconte les péripéties de Kenton, seul survivant des légendaires maîtres des sables aux pouvoirs psychiques ancestraux. White Sand est un récit fantastique initiatique, onirique, parfois, semé d’embuches, souvent, dans lequel le héros devra prouver à son père tout-puissant (encore une fois, nous voguons dans les sphères de la naissance des dieux olympiens opposant pères et fils) qu’il est digne de lui succéder. Amateurs de cliffhangers et de missions impossibles à portée intergalactique, cette saga devrait vous séduire… Une saga épique, spectaculaire à couper le souffle, empreinte de l’univers de Dune ! Série en trois parties, deux autres tomes sont à suivre…
En savoir plus, ici, et .

White Sand, tome.1, scénario de Rik Hoskin, dessins de Julius Gopez d’après l’œuvre de Brandon Sanderson. Graph Zeppelin. 160 pages. 22 euros.

ADF


E.V.A – Chroniques de l’inframonde

La réalité, c’est ce qui continue d’exister lorsqu’on a cessé d’y croire. » Philip K. Dick

Graph Zeppelin, cet éditeur indé nouvellement venu sur les bancs de la bande dessinée, nous propose des œuvres hautes en couleur, des comic books de haute volée graphique de préférence, avec leurs lots d’aventures et de rebondissements épiques. E.V.A et ses chroniques de l’inframonde, livrées par le talentueux Marco Turini, fortement inspiré par le duo Moebius/ Jodorowsky, aborde un univers cyberpunk dystopique, dans lequel, une fois de plus l’humain, dans ses mauvaises intentions capitalistes-consuméristes a condamné son écosystème, et forcément, des suites de ses expériences interdites inconséquentes, il ne fait pas bon survivre… La surface de la terre étant ravagée (référence subtile de ma part à Barjavel et son Ravage), ce qu’il reste des mortels croupit au cœur de la terre dans plusieurs niveaux d’infortune, pareils aux enfers de Dante. Dans son dernier « cercle », plus proche du noyau infernal de la planète, cohabitent en toute dysharmonie des cyborgs aux corps pouvant endurer les hostiles conditions de vie. C’est dans ce contexte qu’E.V.A, acronyme facile à deviner, une « femme » au passé aussi trouble que le récit, va tenter de gravir, tel Sisyphe, les échelons menant au soleil Apollinien du mont Olympe et découvrir la « véritable vérité » qui se terre à la surface de ce monde condamné par les hommes. La révélation de cet autre-monde sera-t-elle à la hauteur de ses fantasmes ?
En savoir plus, ici et .

E.V.A, Chroniques de l’inframonde, scénario et dessins de Marco Turini. Graph Zeppelin. 79 pages. 19 euros.

ADF


Les Saveurs du Zen

Respirez à plein Zen !

Bienvenue au centre Zen de la Falaise Verte, où Taïkan Jyoji, esprit vert du lieu-dit, fournit la sagesse de son enseignement, la richesse du gîte et la justesse du couvert, secondé par Françoise Dye, fidèle cuisinière, à tous les pratiquants de passage en ces terres de recueil du Sage. Dans ce livre, précieux recueil, issu d’une cuisine élémentaire d’une simplicité sans égal, ponctué de savoureux préceptes Zen (les grains de sel du maître sont un régal), d’astuces de préparation, et autres heureuses associations, plus d’une centaine de recettes végétariennes (avec variations végétaliennes) sont établies, pour le plus grand nombre, à l’improvisation des saisons et en bonnes vibrations, élaborées avec génie du cœur et d’énergies, et dans la nécessité du respect de la santé et de l’environnement. Une belle invitation à la Falaise Verte, fleurie de réflexion, verdoyante d’instruction, terre nourricière où corps et esprits vibrent à l’unisson, entre leçons et dégustations des belles choses de la vie. Ici, aucune recette ni précepte à prendre à la lettre. Rien que de l’inspiration, de l’initiation autour d’une alimentation verte. Bienvenue donc, à la Falaise Verte, nez à Zen avec vous-même, au centre de votre ventre, inspirez bien par le Zen !

 Les Saveurs du Zen, La cuisine végétarienne au centre Zen de la Falaise Verte de Taïkan Jyoji et Françoise Dye, Éditions Almora. 19,90 euros.

BDF


La Sagesse des mythes, Œdipe

Luc Ferry, le sage du Panthéon des philosophes, nous propose avec Glénat de revisiter cette fois, Œdipe roi, la pièce écrite par Sophocle parue dans les années 420 avant JC. Œuvre clé inspiratrice de la psychanalyse, la tragédie va confronter le héros Œdipe au plus cruel destin qui soit, entremêlant tragédie et victoire, inceste et amour, parricide et prise de pouvoir, connaissance et ignorance… En fuyant son destin, Œdipe va précipiter son sombre accomplissement. Nul autre héros Grec n’aura autant marqué nos esprits. Son auteur ne pouvait imaginer qu’il allait devenir le fonds de commerce des psychanalystes et autres « spécialistes » des psychés du monde moderne.

Fidèle au mythe originel, la bande dessinée nous confronte à l’énigmatique Sphinx de Thèbes et nous plonge dans les ébats les plus commentés de l’Histoire de l’humanité. Avec en bonus, un cahier signé Luc Ferry psych(analysant) Œdipe. Avis aux amateurs de mythes et Cie.

Notre article sur la collection La Sagesse des mythes (chroniquant L’odyssée et L’Iliade) à lire, ici. La collection La Sagesse des mythes, à retrouver par ici. Quelques mots avisés de Luc Ferry, le sage à la base de la collection, à lire ici.

Collection La Sagesse des mythes, conçue et écrite par Luc Ferry, direction artistique signée Didier Poli, Œdipe, scénario de Clotilde Bruneau, dessin de Diego Oddi. Éditions Glénat, 2018, 56 pages, 14,50 euros.

ADF


Le Suaire, tome 2, Turin, 1898

Turin 1898… Au cœur d’une Italie révolutionnaire, le légendaire Suaire est photographié par un certain Secondo Pia dévoilant ainsi, pour la première fois, au monde entier, le prétendu visage du Christ…

Alors que le tome 1 qui se déroulait au 14ème siècle nous présentait un obscur Moyen-âge, ce présent tome, durant lequel le récit se situe au 19ème siècle, dépeint une époque aussi sanglante que picturale… Les planches sépias, fantasmagoriques à se damner, signées par l’excellent, Eric Liberge, nous plongent magistralement dans le tourbillon des sentiments humains, aussi passionnés que destructeurs. Un tome 2 qui poursuit avec panache cette trilogie épique, presque historique ! Le dernier tome à paraître bientôt…

Le Suaire T.2, Turin, 1898, un récit de Gérard Mordillat et Jérôme Prieur. Dessins d’Éric Liberge, Futuropolis, septembre 2018, 80 pages, 17 euros.

ADF


Détox ayurvédique

À bas les Amas, vive le bon Karma !

Cette bible indispensable à tout yogi en herbe, en pousse, en gerbe, en course vers le nirvana, s’impose comme le b.a.-ba. de la médecine ayurvédique. Ce guide vert, plus que pratique, de pratique védique, présente les grandes lignes des principes de l’Ayurveda, suivies des « Portraits d’épices » et autres produits thérapeutiques élaborés en abécédaire de 40 aliments-santé-phare (ail, badiane, cannelle, coriandre, fenugrec, gingembre, aloe vera, brahmi, lin, noix de coco), parfaits pour les rasayanas et propose 55 recettes veggie (avec gluten et ghee, proposant parfois, des alternatives véganes) et astuces de cuisine vivante (chutneys, bouillons, salades, boissons, entremets, mets et mélanges épicés), préparations culinaires conçues autour des six saveurs, lesdites rasas (sucré, salé, acide, amer, piquant, astringent) orientées vers les trois doshas, Vāta, Pitta, Kapha... Un ouvrage d’initiation à la tradition de l’Ayurveda et de sa diététique ancestrale, pour une détox idéale sans intox,  à feuilleter après votre salutation au soleil matinale, et autres séances aux cent asanas, à tour de jambe, de cou et de bras, jusqu’à votre chevet de bois ou de soie… Santé et Namaste !

Détox ayurvédique de Falguni Vyas, et Corinne Dupont Hachette Bien être, 19,95 euros.

BDF


Quand la diététique chinoise prend soin de ma santé

Les Éditions du Rouergue mettent en exergue et à l’honneur, la diététique chinoise au travers de ce livre de vie ou de survie, haut en saveur, riche en santé, indispensable tout au long de l’année, en cuisine ou au chevet, du levant au coucher… Bâti comme une encyclopédie autour de la philosophie chinoise, cet ouvrage va des grands préceptes fondamentaux, à l’énergie du Yin Yang, aux saveurs des aliments et à l’impact sur nos organes dominants, au regard de chaque constitution, au fil des saisons et de leurs bouleversements (de plus en plus courants en ces temps qui courent ou qui s’arrêtent, tout court) sujets de bien des maux et de déséquilibres constants… L’auteure, Josselyne Lukas, praticienne et spécialiste de la diététique chinoise, propose, ici, dans ce précis précieux élaboré avec méthode, ode à l’alimentation avec chinoiseries, premier soin de tradition et de prévention, 250 recettes-remèdes de saison (attention tout de même, de nombreuses préparations sont carnées, non-véganes à réadapter donc, en fonction de ses envies végétales) des organes et des constitutions, pour devancer et remédier au plus grand mal du siècle : celui de la malnutrition du corps et de l’esprit dans une ère encore et toujours en sursis.

Quand la diététique chinoise prend soin de ma santé de Josselyne Lukas, Éditions du Rouergue 23 euros.

BDF


Nocturno

Un conte gothique qui dépeint avec lyrisme les tourments de l’adolescence. Karen rêve des krakens habitant les abysses. Tandis que le jeune Seck, est hanté par son défunt père. Sur fond de musique metal, d’un onirisme et d’un univers noir empruntés à Neil Gaiman, les deux âmes égarées se croisent et, ensemble, retrouvent leur chemin (mais lequel ?). L’auteur, Sandoval (ah qu’ils sont bons les Mexicains), déjà père, entre autres gamins dessinés, du très beau « Le Cadavre et le sofa », en mélangeant un sentiment de désespoir, d’horreur et de malédiction imminente, nous livre ici, une œuvre habitée qui s’inscrit dans le courant musical du « doom metal ». Sombres âmes, à vous !

Nocturno, intégrale, de Tony Sandoval. Éditions Paquet. 29 euros.

ADF


Bandette, Tome 1

Bandette, en digne héritière d’Arsène Lupin et de Fantômette, est une cambrioleuse masquée qui allège les riches des œuvres d’art qu’ils ont amassées au cours des années. Avec un Paris d’Opéra aux faux airs vénitiens en guise de décor, elle nous emporte dans ses voltiges qui filent le vertige. Son ton pétillant et espiègle signé Paul Tobin nous ramène à l’époque simple et légère (les années soixante) de l’héroïne de Georges Chaulet. L’illustratrice américaine, Colleen Coover, rend, quant à elle, hommage avec ses esquisses à la bédé franco-belge. Pétillant, audacieux, pour des lecteurs friands de panache !

Bandette, Tome 1, de Paul Tobin et Colleen Coover. Éditions Paquet. 16 euros.

ADF


GOod sans gluten

NOglu, In the MOod for GOod !

Après avoir découvert le vert couvert de NOglu et ses adresses parisiennes et newyorkaise (article à (re)lire ici dans notre rubrique Grand Palais), la célèbre enseigne sans gluten  livre à présent, à cœur ouvert, et pour les plus grands gourmands végans ou omnivores, ses recettes emblématiques, au total  67, sucrées et salées, carnées ou végés, du NOglu authentique. Au travers de ce livre, immortalisé d’or, carnet de cuisine de la vitrine glutenless, baptisé à juste titre, GOod et sans gluten,  émerveillez-vous, de plaisir en liesse, pour ces mets et entremets, du petit-déjeuner (scones, pancakes, muffins, granola), au goûter (cookies, sablés, madeleines, crêpes, financiers…), de l’apéro (gougères, tortillas, etc.), à l’entrée (salade NOglu, entres autres quiches et gâteau chiffon), du plat (lasagnes végé ou non, risottos, et burgers de renom) au dessert (brownie, cake végan, tartelettes…), et autres accompagnements, tels les pains et pâtisseries en fête ! En bonus (c’est un plus), découvrez les bases-maison de la Maison sans glu (pâtes à pain et à tarte, et Mix de farine de base) et son placard « gluten free », ses produits-phare et son épicerie choisie, en sus, avec passion ! NOglu, et ses recettes sans gluten, parfois sans lactose ou végétaliennes, n’auront plus aucun secret pour vous ! GOod sans gluten, un feel GOod BOok, fidèle  au règne de l’enseigne et ses recettes GOod FOod, un présent parfait pour commencer cette nouvelle année !

GOod sans gluten, 67 recettes garanties sans gluten et gourmandes. NOglu. Frédérique Jules, Jennifer Lepoutre, Mitsuru Yanase. Marabout. 15,90 euros.

BDF


Ira Dei, tome 2, La part du diable

Vaut mieux se dédire que se détruire. » Proverbe normand

Ira Dei et son tome 2, plus endiablé qu’ornementé, poursuit les pérégrinations guerrières de Robert le sanguinaire, alias Tancrède, et son (in)fidèle, soldat de Dieu, le frère Étienne (sans oublier la sibylline sœur) sur les terres brûlantes de l’ô combien convoitée Sicile. Les combats du tome 1 s’envolent dans ce second volume à l’image de ses protagonistes en proie à leurs conflits internes et leurs agendas secrets. On apprécie toujours autant la monstrueuse dualité de Tancrède/ Robert, personnage inspiré du mythique Robert le diable, qui, tel notre protagoniste (spoiler alerte ?), amende la première partie de sa vie sanguinaire en se drapant dans les bras (im)maculés de la religion. Un tome 2 qui conclue ce premier cycle avec panache ! Saga à suivre dans d’autres contrées mythiques…

Ira Dei, tome 2, La part du diable, scénario de Ronan Toulhoat, dessins de Vincent Brugeas. Éditions Dargaud. 14 euros.

ADF


Black Indians

Nous sommes les vivants reliés avec les morts et qui seront les morts connectés aux vivants. On ne peut pas y échapper. Mais pendant que nous sommes là, nous devons montrer ce que nous avons d’exceptionnel pour que le monde sache qui nous sommes. C’est ce qui rend cette ville si unique. Et c’est beau de voir que des gens comme vous viennent écouter les histoires des Indiens du Carnaval. » Chief David Montana

Ce documentaire suit une année durant les pérégrinations des légendaires Black Indians, filles et fils spirituels d’Amérindiens et d’anciens esclaves black, ancêtres de la Nouvelle Orléans. Les Black Indians sont les habitants des quartiers pauvres de la Nouvelle-Orléans, qui se regroupent en tribus, fabriquent eux-mêmes, leurs costumes cérémoniels, et défilent dans les rues depuis plus de 300 ans, tels des esprits de la terre d’Afrique maquillés en Indiens. Ces femmes, hommes et enfants content avec générosité et spiritualité, à notre monde matérialiste, en musique, chants et gestes, les destins des victimes de la colonisation et de l’esclavage. Un conte poignant, magique et sincère… Plus d’infos, ici.

Black Indians, un documentaire signé par Jo Béranger et Hugues Poulain, Edith Patrouilleau. Lardux Films. Sortie le 31 octobre 2018.

ADF


Ira Dei, tome 1, L’or des Caïds

Ne soyez à la cour, si vous voulez y plaire, ni fade adulateur ni parleur trop sincère. Et tâchez quelquefois de répondre en Normand. » Jean de La Fontaine

Ira Dei, enfin une bande dessinée qui nous offre une épopée normande pas piquée des hannetons. Enfin, une bd digne de ce nom qui ose mettre en scène le jusqu’au-boutisme normand, et ses guerriers au sang de glace. Le décor ? Non pas les banquises givrées des Vikings, mais le bassin méditerranéen et ses épices aussi délicieux qu’empoisonnés. L’époque ? Le onzième siècle, là où les peuples croisaient le fer pour conquérir des territoires et des passions nouvelles. Le héros ? Tancrède. Un tempérament normand « qui sait prendre la rivière comme elle va », comme diraient les Scandinaves. En d’autres termes, un antihéros qui attend son heure pour asseoir son ambition et se venger de ceux qui ont souillé son honneur (en réalité, il est bien plus qu’un guerrier sanguinaire, il est… bip, alerte anti spoiler). Flanqué d’Étienne, un moine fort peu recommandable, Tancrède va rapidement laisser son empreinte glacée sur les terres torrides de la Sicile. Un tome 1, qui joue son va-tout… A suivre dans un tome 2 qui conclue ce premier cycle.

Ira Dei, tome 1, L’or des Caïds, scénario de Ronan Toulhoat, dessins de Vincent Brugeas. Éditions Dargaud.13,99 euros.

ADF


Trauma Zéro

Les corps limités ont une fin, mais ce qui possède et emploie le corps est infini, illimitable, éternel, indestructible. Ainsi donc, ô Bhârata, lutte ! » Sri Aurobindo (La Bhagavad-Gîtâ)

Un futur proche dans lequel l’euthanasie est légalisée… Une capitale sans nom… Un médecin qui peut, enfin, laisser libre court à ses pulsions démentielles… Une psychologue prête à tout pour oublier son passé… Ensemble, ces deux hors-castes du corps médical, tels Faust et Lucifer, s’associent pour le pire… Ce cocktail fatal nous plonge droit dans les méandres de Trauma Zéro. À propos du sujet ô combien sensible de l’euthanasie, je vous invite à jeter un œil sur cette page (âmes sensibles s’abstenir). Trauma Zéro est un premier roman funeste, animé par l’expérience de son auteure, Elly Rosemad, ancienne psy, qui nous confronte aux contradictions de notre société « Radeau de La Méduse », accrochée comme jamais à une existence égarée sur le sentier d’une vie qu’elle tente, en vain, de maîtriser. Un thriller à lire avant la « mort imminente »… Tic Tac…

Trauma Zéro, un roman signé Elly Rosemad. De Saxus. Septembre 2018. 19,99 euros.

ADF


Les Seigneurs de la terre 4

Les Seigneurs de la terre est une série éco-responsable, signée par un duo engagé qui aborde avec intelligence les problèmes environnementaux de notre monde englué dans le profit industriel, ainsi que les conséquences néfastes du libéralisme sur notre planète à l’écosystème fragile et rendu précaire des suites de notre irresponsabilité collective. Ce tome 4 poursuit « les aventures » vertes de Florian, héros révolté par ce gâchis humain et planétaire, qui, depuis l’Inde, va lutter contre les injustices sociales et agricoles, quitte à y laisser sa liberté ! Les Seigneurs de la terre, une saga familiale, paysanne, engagée qui reconnecte avec passion avec nos racines déracinées ! Plus qu’une bande dessinée, c’est une fenêtre sur le monde dans lequel nous vivons ! À lire, sans tarder, avant que plus rien ne pousse !

Les Seigneurs de la terre tome 4, scénario de Fabien Rodhain et dessin de Luca Malisan, Glénat, août 2018, 13,90 euros.

Les curieux, allez jeter un œil du côté de chez Fabien Rodhain, le scénariste, ici. Retrouvez notre interview de son auteur engagé, Fabien Rodhain, ici. Et notre chronique des premiers tomes, ici.

ADF


Calendrier Lunaire 2019

Après l’édition 2018, qui fêtait les quarante ans du Calendrier Lunaire de Michel Gros, on retrouve, ici, dans cette nouvelle édition 2019, la synthèse de toutes les influences lunaires de l’année précédente ainsi que les meilleures dates pour jardiner et vivre en harmonie avec la lune. Un mot de l’auteur (tiré de notre entretien, à lire ici) qui résume son action et son calendrier : « Je crois qu’aujourd’hui, le temps est à l’esprit collectif; nous ne pouvons plus rester chacun dans notre coin, il faut se rassembler pour faire les choses ensemble car, c’est à ce moment-là, que tout devient possible… il est temps que La Nature reprenne sa vraie place dans nos sociétés… Nous avons trop longtemps oublié que nous dépendons entièrement d’elle. »

Calendrier Lunaire 2019, Michel Gros, Calendrier Lunaire Diffusion, septembre 2018, 8,50 euros.

Le Calendrier Lunaire 2019, en vente dans les librairies, magasins bio, de jardinage, etc. Rendez-vous sur leur site, ici.
Sans oublier la chronique de l’édition spéciale quarante ans,
ici.

ADF


Les disparues d’Orsay

Une bande dessinée qui revisite le musée d’Orsay, son architecture et ses chefs-d’œuvre, au travers d’un récit  bâti en jeu de piste, amuse-muse onirique et poétique, il y avait de quoi éveiller les yeux de la méduse des Fontaines. Truffé de références  révérences à Orsay et de reproductions en trompe-l’œil de toutes les toiles étoilées, cet ouvrage esquissé tel un surréel hommage se parcourt page après page, avec curiosité, et nous plonge, sans crier gare, dans l’infernal dédale des maîtres maudits aux prises du musée magnifié.

Les disparues d’Orsay de Stéphane Levallois. Futuropolis. Musée d’Orsay. 19,50 euros.

Retrouvez en parallèle l’exposition Degas Danse Dessin au Musée d’Orsay, chroniquée ici par mes soins.

BDF