Interview anthropomorphique avec Patrick Bouchitey !

Patrick : ça enregistre ?

ADF : Ouais, ça enregistre !

Patrick : on va voir si elles sont judicieuses, tes questions.

(Patrick donne le rythme d’entrée de jeu !)

ADF : Je vous envoie ma première question (décalée comme il faut). Patrick, en baroudeur des plateaux ciné-radio-télé-musicaux et moult horizons, vous pourriez me parler de votre expérience la plus haute en couleur ou marquante, voire transcendantale, selon vos souvenirs éclairés ou embrouillés ? Un souvenir à retenir plus que les autres ?

Patrick : si tu parles de couleurs au cinéma… Il y a eu Godard… Sinon, un souvenir, je dirais, spontanément, le corps des femmes. Ce cadeau magnifique de la Nature qui fait appel à tous nos sens… Avec elles, il y a la couleur, le son, le toucher…

Lire la suite

Interview, Bertille des Fontaines, la troubadour qui chante le Paris onirique !

A l’occasion de la sortie de ses douze titres issus de sa période « D’Amour et D’eau fraîche », Bertille des Fontaines se livre, troubadour d’amour, dans cet entretien intime, et délivre, toujours, entre lion et sirène, A la Dérive, ses messages-passion d’Amour, de Volonté et de Liberté, au pied de la tour Eiffel, près des rives de la Seine…

Voir la suite

Entretien normand avec Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat !

1/ADF : Vincent, Ronan, parlez-nous de vos débuts dans la bande dessinée, côté écriture pour Vincent, côté dessin pour Ronan ? Un souvenir de vos premiers jobs dans le métier ?

VINCENT: Nous pouvons déjà souligner une chose, nos débuts étaient déjà placés sous le signe de la collaboration. En effet, nous nous sommes rencontrés durant un temps lointain que les gens appellent : les années lycée. Je draguais sa sœur et Ronan a fini par me mettre le grappin dessus.

RONAN : Professionnellement, bien entendu.

VINCENT: Bien entendu. J’écrivais de mon côté, des bouts de romans, des nouvelles, des trucs que je ne finissais jamais vraiment (je rappelle, les années lycée !)

RONAN : Et moi de mon côté, je dessinais beaucoup en mettant en scène des scénarios copiés sur les films que j’avais vu la veille. Puis, ma sœur me fait passer les récits de Vincent, et là, c’est le coup de foudre.

VINCENT : Professionnellement, bien entendu…

Lire la suite

Révolution Solaire : Balmain – Printemps-été 2020

Balmain, par Olivier Rousteing, sort le grand jeu de dames.

Le créateur charismatique et félin, Olivier Rousteing enfant-pépite aux mains d’argent émérites,  ardent météorite de l’univers-Mode, né sans code, avec le sixième sens, inné, du style, dame une nouvelle fois le pion de ses contemporains.
Signée de sa griffe « Balmain », coutume et costume, cette collection contrastée, astrée et colorée, révolutionne, solaire,  surélevée de la sphère, une nouvelle saison du prêt-à-porter. Sa haute couture déguisée, que j’aime nommer : sur-mesure-à-porter, est à se damner dans ce défilé aux cent silhouettes mises sur leurs 31, vestales vénusiennes, anatomies d’astronomies, sur piédestal, créatures-couture, à l’allure du futur, cousues de fil d’or et d’argent, s’effilant telles des étoiles filantes, entre jeu de jambes, jeu de jupe sans dupe,  jeu de rêves et lumières vespérales, sur un parterre-damier monté de toutes pièces maîtresses, au cœur de l’Opéra Garnier.
Entre jeu d’adresse et jeu de haute société, Balmain, de la main de maître, Rousteing, virtuose Olivier du vivier de la Mode (si j’ose), sort encore de sa manche le Grand jeu : Grand Bal, Grand Bain, Grande Main. Défilé sidéral, solaire, lunaire et spectral, phénoménal prêt-à-porter presque paranormal, en ce jeu de dames très haut de gamme. Vent vénusien, Corps mercurien, Génie uranien… Et le Créateur Rousteing, vague et vogue à l’âme, recréa la Femme.

Lire la suite

Trois questions : « état d’urgence climatique » à Aurélien Barrau !

1/ Chroniques des Fontaines : Aurélien Barrau, pouvez-vous éclaircir l’expression en vogue, ces temps-ci sur les réseaux sociaux notamment, « état d’urgence climatique » aux quelques égarés (dans leur déni) qui n’ont pas pris conscience que la planète terre (et ses p’tits locataires) allait droit dans le mur ?

Aurélien Barrau : c’est très simple : nous sommes en situation critique. Les émissions de gaz à effet de serre ne cessent d’augmenter et les conséquences sur le climat auront des effets dévastateurs : centaines de millions de réfugiés climatiques, famines, pandémies, disparition des espèces… Mais le réchauffement n’est qu’un aspect parmi d’autres. A ce stade, il n’est même pas le plus important. Nous sommes entrés dans la sixième extinction massive – une chute vertigineuse des populations d’êtres vivants sur Terre – et les causes en sont multiples. C’est en particulier notre irrespect des espaces vierges et la pollution qui sont à incriminer. Ne pas voir que nous sommes aujourd’hui en situation de « risque existentiel majeur », pour reprendre les mots de l’ONU, relève d’un irrationalisme confondant. Et surtout d’un mépris terrible pour les plus faibles – habitants des pays pauvres et animaux – qui font en ce moment même les frais de notre inconséquence…

Lire la suite

Tour Jean sans Peur

Sans peur et sans limites

Depuis 1999, la tour du Duc de Bourgogne, Jean sans peur, l’un des célèbres acteurs de l’historique guerre de Cent Ans, a ouvert ses portes à nos cœurs en quête des secrets du vrai Paris. Ce bâtiment, dernier vestige de l’Hôtel de Bourgogne qui siégeait au sein de la capitale début XVème siècle nous propose la découverte d’un site médiéval, empreint d’un surréalisme végétal…

Lire la suite

Roland Garros

Le tournoi des champions

Nous aurions pu passer outre une chronique à propos du tournoi de tennis de Roland Garros, mondialement célèbre, trop peut-être, ou pas assez selon les plus ambitieux, mais comme nous avons, aux Chroniques des Fontaines, eu la chance d’assister à deux journées consécutives (mercredi 05 et jeudi 06 juin) de l’édition 2019, avec au menu le tournoi des légendes (McEnroe/Chang vs Wilander/Pernfors), les quarts de finales hommes (Thiem vs Khachanov sur le stade Suzanne-Lenglen, Djokovic vs Zverev sur le Philippe-Chatrier), et de nous délecter d’un double femmes (Mertens/ Sabalenka vs Kichenok/Ostapenko) qui nous a laissés sur le carreau tant les joueuses se sont déchainées comme nul homme sur le terrain, et d’autres surprises encore ; nous avons décidé d’un commun accord rédactionnel (et à l’unanimité de nos nombreuses mains, quatre si je compte bien) de vous faire partager notre ressenti, en direct, fraîchement sortis de ses courts incendiaires…

Lire la suite