Les Rêveries du promeneur insolite 6

Rêveries six : philosophie dans « Le boudoir de l’au-delà »… 

Cette nuit caniculaire, je sillonne les quais de la Splendide endormie. Je songe aux nuits d’été perdues, aux femmes passées, à mes amitiés d’antan, presque antiques tant elles remontent à…

Sur mon pavé, se croisent deux masques, s’entrecroisent quatre êtres qui fleurent la Chlorhexidine, se contemplent huit policiers en mal identitaire, ne sachant plus avec quel pied taper… Je les provoque gentiment, ils m’avoinent salement en m’insultant de sale Juif, en référence à mon haut de forme déformé par leurs coups mal avisés. Si vous le voulez, je serai votre « Juif errant », en hommage à Ahasvérus ! Et je serai le fils de Mahomet, et j’épouserai la voie karmique de Siddhârta… Si ça peut tous nous unir, une bonne fois pour toutes… Je suis prêt à endosser les habits du monde entier, sans faire de différence… Après, tout, nous sommes tous mortels, ou ai-je tout faux ?

Lire la suite

The Architect

Synopsis :

In a post-nuclear world, a silent man daily builds a strange clay edifice. A little girl helps him blindly in his task, convinced he will save her and the rest of humanity.
While working on his construction, the man is haunted by memories of his painful past, in which he relives the awful day of the end of the modern world.

The story is about the consequences of ecological disaster. I am sure you’ll feel concerned. Even if it’s a short fiction movie (about fifteen-twenty minutes), its message could help change things.

Read more

Once Upon a Time

 

Live in Camden Live Lockdown Streams

A l’occasion de la sortie de ses derniers singles, issus de sa période « D’Amour & D’eau fraîche », Bertille des Fontaines  s’est produite, en live stream, le 15 mai 2020 à 14h (1pm) dans l’émission londonienne présentée par Jon Himoff et Simona Martini, Camden Live Lockdown Streams, aux côtés de No Cars et Moxy & Guile.

Après son passage sur la scène mythique, The Dublin Castle, le 23 janvier 2020 dernier, la Sirène de la Seine, Bertille des Fontaines a interprété en live, quatre de ses singles : en commençant par un nouvel air inédit, faisant suite à son treizième titre Oh Romeo ! dans la langue de Shakespeare, Once upon a Time, son quatorzième single, qui, tout compte fait, fait effet papillon et conte de fées (en doublon). Nouvel air, donc, suivi de son ode aux Parisis, cadeau d’Isis, Paris, Mon Amour ; poursuivi de la Tragédie de Vol de Nuit et son envol, colombe et olivier, vers la Paix ; s’achevant en accords Muse et Troubadour enivrés du joi à la joie, ancolies en bouquet,  filet Léger d’Amour Parfait, de La Valse Ivre… Sous le signe du monde en détresse, son concert a pris fin, tel le signal d’une Sirène en tendresse lançant son appel à l’Amour Universel :

To live in Parisian way « D’amour et D’eau fraîche » or « to live on love alone » in London, is very close to The « Peace and Love » movement… but placed in another area, in the end of the world, now Love and Water are the 2 things… We all need… {…] We must continue to live fearless and stand together and defend our birth rights, and our ideals, love, hope, dreams, freedom with a powerful will… Cause the heart of the earth is still alive, and still burning… »

Once Upon a Time

Music & Lyrics
Bertille des Fontaines

Once upon a time/ D
A fountain of Tales/ G
In a far away fortress/ C
Once upon a time/ D
A princess living loveless/ G
Her heart cursed by Death/ C
And singing a thousand times…/ D G C
Singing a thousand times…/ D G C

Lire la suite des paroles de Once Upon a Time
En savoir plus

Julie Vignon de Courcy, DANS LA PEAU

Quand j’étais enfant, vers sept ans, j’avais dit à ma mère, de but en blanc, ces quelques mots sortis de tout propos et de tout affect à-propos :
« Maman, quand je serai grande, je me marierai, une, deux fois, avec un auteur ou un compositeur ou avec les deux. Je serai veuve. Oui, une seule fois. Une jeune veuve comme ces belles siciliennes entourées de cent chats. »

Tu m’avais alors répondu, Maman, que je racontais n’importe quoi. Aujourd’hui, toi qui as perdu toute mémoire jusqu’à ma venue au monde, presque, tu ne peux ni cautionner mes dires, ni les renier, du reste… Mais, je le sais, l’armoire à tiroir renfermant fermement ton inconscient détient cette vision du passé surgissant. Depuis, l’accident, j’entends souvent ta voix insidieuse me murmurer : « Pauvre Julie ! Dans l’idée fixe Vindémiatrix de perdre ton mari, tu avais omis, certainement par déni, que ta jolie fille trépasserait aussi avec lui ! » C‘est la voix de ton néant, Maman, qui a fait ressurgir en moi ce souvenir fustigeant. Et, c’est vrai, je n’avais pas perçu la perte de mon enfant. Et ce n’était pas du déni. Jamais ce mal n’aurait du arriver. Non, ça ne devait pas être ainsi.

Lire la suite

Camille Claudel, DANS LA PEAU

Ah divine beauté, fleur qui parle et qui aime, fleur intelligente, ma chérie. Ma très bonne, à deux genoux, devant ton beau corps que j’étreins ». Rodin


Je ne voulais pas être ton élève. Rodin. Non ! Je ne voulais pas naître ou renaître dans tes mains. Je suis née sans dieu ni maître ! Depuis toujours mon cœur, bien que félin, se sent orphelin. La faiblesse de mon sexe s’ajoute au complexe de mon mixte baptême. Je ne sais si femme ou homme, je vis, ou édifie mon œuvre. Je me sais juste le créateur de ma propre passion en voie de dévastation, assujettie, à l’Atelier du Sculpteur, en constellation. Sans conciliation. Je n’avais donc, ni besoin ni intention de prendre, père ou bien frère en possession ou substitution. De père (pardon, d’être ta déception, papa), je ne sens, à présent, que les cieux, tirés du bleu de mes yeux. De frère, j’en ai eu deux. L’un fantôme-né, et l’autre puîné qui me colle de trop près à la peau… À croire qu’il me la vole, cette peau de chagrin, mon petit Paul, sans en porter l’étau… Et ma mère, et ma sœur dans tout cela ? Pourtant, toi, Rodin, tu as osé et ose encore, t’imposer en maître, virtuose, devant moi…

Lire la suite

Oh Romeo !

Live at The Dublin Castle

A l’occasion de la sortie de ses derniers singles, issus de sa période « D’amour & d’eau fraîche », Bertille des Fontaines s’est produite sur la scène mythique, The Dublin Castle, assurant la première partie de Megan Dixon Hood, avec Alice Callari et Ben and The Bad Weather, ce jeudi 23 janvier 2020, dès 20h00.

Sur la scène légendaire, la Sirène de la Seine, Bertille des Fontaines a interprété, six de ses singles : A la dériveLa Nuit ; La Valse Ivre ; Paris, Mon Amour ; Oh Romeo !, un nouvel air inédit dans la langue de Shakespeare, cette fois, hommage à la ville de Londres, à Roméo déploré et disparu en exil, et sa Juliette éplorée et éperdue sans idylle… Le concert a pris fin, en un dernier rappel avec Les Amours Oniriques.

Oh Romeo !

Music & Lyrics
Bertille des Fontaines

I dream on, and my love is born
I dream on, why I’m still alone
I dream on, now my hope is gone

Why vanishes like a dove Romeo in love in the stars above ?
Why haunts me like a ghost Romeo still lost until my heart frosts ?

And Juliet cries for a long time ‘cause his love is away
But Juliet tries a million times to find Romeo anyway…

Lire la suite des paroles de Oh Romeo !
En savoir plus

John Doe, DANS LA PEAU

John Doe, c’est comme ça que l’on se doit de m’appeler. Je suis John Doe par choix. Avec ce sobre sobriquet, tiré à la courte paille, je réponds à l’appel, vaille que vaille. Pourtant j’aurais pu saisir bien des noms (tirés, cette fois, par les cheveux), à la pelle. J’aurai pu être, pêle-mêle : un monsieur Durand élevé au haut rang du ô combien sanglant ; un monsieur Ducon suceur de moelle à con ; un tartempion de service pourfendeur en sévices ; un énième Jack, éventreur de mamelons, troufions et tous jupons ; un monsieur (qui tue) tout le monde (à la ronde) ; un quidam à l’âme bas de gamme qui vire à son grand dam au beau drame ; un citoyen lambda qui larde le gras dans de sales draps ; un type trucmuche qui gamahuche à mort la mort sans faire l’autruche ; un Sir Du Schnock un peu toc toc qui knock knock à la faucille et au marteau jusqu’à la Faux (faut ce qu’il faut)…

Lire la suite

Özgür – Ode à l’Odalisque

Nouvelle de Bertille Delporte-Fontaine

Synopsis : Dans les songes étoilés de ses mille et une nuits, Okan, sultan éminent, s’étiolant d’ennui dans la monotonie de sa tyrannie, s’en remet à la lune, implorant à l’astre taciturne de lui délivrer un ultime génie, invoquant à ses risques et périls, une déesse soumise à ses moindres souhaits, miracle onirique, odalisque rêvée, femme promise, oracle de mise, omise de liberté, d’Özgü baptisée à Özgür revisitée.

Lire la suite

Les Rêveries du promeneur insolite 4

Rêveries quatre : J’ai rêvé mon littoral…

Une nuit, je me suis éveillé sur la plage de mon enfance. Face à moi, se tenait le cyclopéen océan Atlantique, domaine du Dieu Poséidon. Quand je me suis approché du flot, l’une de ses vagues scélérates s’est abattue sur moi. Par chance, ou instinct de survie, j’ai pu échapper à son infernal tourbillon. Là, je me suis planté devant lui, et me suis dit qu’il ne m’avait peut-être pas reconnu. Il faut dire que j’avais bien changé depuis mes jeunes années évaporées. Un instant, j’ai cru apercevoir les courbes d’une naïade naviguant au gré des ondes. Est-ce elle qui avait appelé mon esprit en ce lieu ? En guise de réponse, elle me souffla :

— Je suis La Naïade. Celle que tu as toujours désirée. La Naïade de la noyade. Celle qui adoucit ta dureté…

Lire la suite