L’Archer Blanc

L’Archer Blanc fait mouche chez Original Watts

Avec la réédition des aventures de L’Archer Blanc en format A4, les éditions Original Watts ont vu les choses en grand pour ce héros disparu depuis si longtemps dans les limbes de la bande dessinée. Originellement édité dans Le Journal de Mickey durant les années 80, les flèches immaculées de l’archer aux trajectoires décidées par le scénariste François Corteggiani (il est l’un des artistes qui ont signé les péripéties du chien Pif dans les pages à gadget de la revue éponyme), aux courbes infléchies dessinées par Jean-Yves Mitton (l’un des pères, sinon « le », des super héros franchouillards), le Green Arrow made in France met une flèche dans le mille de nos mirettes avec son come-back.

Lire la suite

Publicités

Les Seigneurs de la terre 1 & 2

L’héritage familial est plus souvent un fardeau qu’un cadeau.

Quand on se voit léguer un Empire ou bien un bout de terrain, on pense avoir tout gagné. Or, il n’en est rien. Avant même que vous ne l’ayez réalisé, le legs doré s’est emparé de votre liberté. Vous voilà piégé pour des générations à venir. Ainsi va l’Industrie. Ainsi va la Famille. Le héros de notre récit, Florian, fils d’un Empereur de l’Industrie agro-alimentaire avec son lot de pesticides, de chimie, de productivité exponentielle et de progrès technique soi-disant au service de l’humanité, va, a contrario, déraciner ses tubercules empoisonnés et emprunter la voie naturelle contraire à son père qu’est l’agriculture écolo à l’ancienne, sans additifs, sans fongicides, sans insecticides, sans herbicides et tous ces mots aux suffixes mortuaires…

Lire la suite


Valérian, Tome 2, L’Empire des mille Planètes

Valérian, par-delà les étoiles de Deauville

La chronique de ce tome est la conséquence d’un voyage à Deauville qui a failli prendre l’eau. Alors que ma petite famille et moi-même étions en route pour la plage Chabadabada de la mythique station balnéaire, un coup de tonnerre du sort du vilain Thor, a fait jaillir une tempête sur le chemin menant aux planches sur lesquelles un homme et une femme se sont enlacés en 1966. Contraints de nous mettre à l’abri des humeurs célestes, nous nous sommes réfugiés dans les salles obscures du Morny-Club, cinéma de ladite cité du septième art…

Lire la suite