Attrape-brèves : White Sand, tome.1

Tout était plat. Dans son esprit, il chercha quelque chose de vertical qu’il put greffer sur ce paysage. Mais il n’y avait rien, rien d’un horizon à l’autre sous l’air surchauffé. La brise n’agitait pas la moindre fleur, la moindre plante fragile. Les dunes…Et la falaise, là-bas, sous le ciel d’argent bleui. » Le cycle de Dune, tome 1, Frank Herbert

White Sand, encore une œuvre graphique splendide délivrée par l’éditeur indé, Graph Zeppelin. Le Cosmere, à l’instar de celui de Star Wars ou Dune, est l’univers imaginé par l’écrivain, Brandon Sanderson, dans lequel gravitent plusieurs mondes fantastiques dont la planète Taldain, cadre de notre récit. Directement tiré du premier roman non-publié de l’auteur, donc inédit à ce jour, ce comic book signé par le duo Hoskin au scénario et Gopez au dessin, nous raconte les péripéties de Kenton, seul survivant des légendaires maîtres des sables aux pouvoirs psychiques ancestraux. White Sand est un récit fantastique initiatique, onirique, parfois, semé d’embuches, souvent, dans lequel le héros devra prouver à son père tout-puissant (encore une fois, nous voguons dans les sphères de la naissance des dieux olympiens opposant pères et fils) qu’il est digne de lui succéder. Amateurs de cliffhangers et de missions impossibles à portée intergalactique, cette saga devrait vous séduire… Une saga épique, spectaculaire à couper le souffle, empreinte de l’univers de Dune ! Série en trois parties, deux autres tomes sont à suivre…
En savoir plus, ici, et .

White Sand, tome.1, scénario de Rik Hoskin, dessins de Julius Gopez d’après l’œuvre de Brandon Sanderson. Graph Zeppelin. 160 pages. 22 euros.

ADF

Lire l’Attrape-brèves

Attrape-brèves : E.V.A – Chroniques de l’inframonde

La réalité, c’est ce qui continue d’exister lorsqu’on a cessé d’y croire. » Philip K. Dick

Graph Zeppelin, cet éditeur indé nouvellement venu sur les bancs de la bande dessinée, nous propose des œuvres hautes en couleur, des comic books de haute volée graphique de préférence, avec leurs lots d’aventures et de rebondissements épiques. E.V.A et ses chroniques de l’inframonde, livrées par le talentueux Marco Turini, fortement inspiré par le duo Moebius/ Jodorowsky, aborde un univers cyberpunk dystopique, dans lequel, une fois de plus l’humain, dans ses mauvaises intentions capitalistes-consuméristes a condamné son écosystème, et forcément, des suites de ses expériences interdites inconséquentes, il ne fait pas bon survivre… La surface de la terre étant ravagée (référence subtile de ma part à Barjavel et son Ravage), ce qu’il reste des mortels croupit au cœur de la terre dans plusieurs niveaux d’infortune, pareils aux enfers de Dante. Dans son dernier « cercle », plus proche du noyau infernal de la planète, cohabitent en toute dysharmonie des cyborgs aux corps pouvant endurer les hostiles conditions de vie. C’est dans ce contexte qu’E.V.A, acronyme facile à deviner, une « femme » au passé aussi trouble que le récit, va tenter de gravir, tel Sisyphe, les échelons menant au soleil Apollinien du mont Olympe et découvrir la « véritable vérité » qui se terre à la surface de ce monde condamné par les hommes. La révélation de cet autre-monde sera-t-elle à la hauteur de ses fantasmes ?
En savoir plus, ici et .

E.V.A, Chroniques de l’inframonde, scénario et dessins de Marco Turini. Graph Zeppelin. 79 pages. 19 euros.

ADF

Lire l’Attrape-brèves

La France végétalienne

Chassez le végétal de la France, il revient, au galop (sans cheval en l’occurrence), à ses racines ancestrales…

Français ! Française ! N’ayez plus peur de manger les pissenlits par la racine ! Libérez votre champ de vision, ayez le champ libre sur la végétation et reprenez, sur-le-champ, la clé des champs, avec passion ! Poussez grand-mère et ses traditions carnées, afflictions d’après-guerre, dans les orties et les oublis ! Ne craignez plus la vache maigre végane, ou de tomber dans les pommes ou dans la famine sans carne, et autres carences en vitamines ou protéines de la végétale subsistance…

Lire la suite

Split

Schizo boy, ou le coup de boule de James McAvoy dans nos peurs rationnelles.

Plus flippant que Tyler Durden dans Fight Club, James McAvoy et son Kevin aux 23 personnalités plus « une » pensées par l’éveillé, M. Night Shyamalan, nous file au sens propre comme au figuré un coup de poignard dans nos ventres noués.

Avec Split, le maître de l’inattendu, Shyamalan, accomplit un double retour en force, le sien, d’abord, parce que ces dernières années, ses œuvres ont eu tendance à finir dans les limbes du cinéma plutôt que sous les feux des projecteurs ; celui de McAvoy, ensuite, qui, après des années de rôles brillants mais « discrets » (incompréhensible), parvient enfin à se faire connaître du grand public.

Lire la suite

Attrape-brèves : Les Saveurs du Zen

Respirez à plein Zen !

Bienvenue au centre Zen de la Falaise Verte, où Taïkan Jyoji, esprit vert du lieu-dit, fournit la sagesse de son enseignement, la richesse du gîte et la justesse du couvert, secondé par Françoise Dye, fidèle cuisinière, à tous les pratiquants de passage en ces terres de recueil du Sage. Dans ce livre, précieux recueil, issu d’une cuisine élémentaire d’une simplicité sans égal, ponctué de savoureux préceptes Zen (les grains de sel du maître sont un régal), d’astuces de préparation, et autres heureuses associations, plus d’une centaine de recettes végétariennes (avec variations végétaliennes) sont établies, pour le plus grand nombre, à l’improvisation des saisons et en bonnes vibrations, élaborées avec génie du cœur et d’énergies, et dans la nécessité du respect de la santé et de l’environnement. Une belle invitation à la Falaise Verte, fleurie de réflexion, verdoyante d’instruction, terre nourricière où corps et esprits vibrent à l’unisson, entre leçons et dégustations des belles choses de la vie. Ici, aucune recette ni précepte à prendre à la lettre. Rien que de l’inspiration, de l’initiation autour d’une alimentation verte. Bienvenue donc, à la Falaise Verte, nez à Zen avec vous-même, au centre de votre ventre, inspirez bien par le Zen !

 Les Saveurs du Zen, La cuisine végétarienne au centre Zen de la Falaise Verte de Taïkan Jyoji et Françoise Dye, Éditions Almora. 19,90 euros.

BDF

Lire l’Attrape-brèves

Attrape-brèves : La Sagesse des mythes, Œdipe

Luc Ferry, le sage du Panthéon des philosophes, nous propose avec Glénat de revisiter cette fois, Œdipe roi, la pièce écrite par Sophocle parue dans les années 420 avant JC. Œuvre clé inspiratrice de la psychanalyse, la tragédie va confronter le héros Œdipe au plus cruel destin qui soit, entremêlant tragédie et victoire, inceste et amour, parricide et prise de pouvoir, connaissance et ignorance… En fuyant son destin, Œdipe va précipiter son sombre accomplissement. Nul autre héros Grec n’aura autant marqué nos esprits. Son auteur ne pouvait imaginer qu’il allait devenir le fonds de commerce des psychanalystes et autres « spécialistes » des psychés du monde moderne.

Fidèle au mythe originel, la bande dessinée nous confronte à l’énigmatique Sphinx de Thèbes et nous plonge dans les ébats les plus commentés de l’Histoire de l’humanité. Avec en bonus, un cahier signé Luc Ferry psych(analysant) Œdipe. Avis aux amateurs de mythes et Cie.

Notre article sur la collection La Sagesse des mythes (chroniquant L’odyssée et L’Iliade) à lire, ici. La collection La Sagesse des mythes, à retrouver par ici. Quelques mots avisés de Luc Ferry, le sage à la base de la collection, à lire ici.

Collection La Sagesse des mythes, conçue et écrite par Luc Ferry, direction artistique signée Didier Poli, Œdipe, scénario de Clotilde Bruneau, dessin de Diego Oddi. Éditions Glénat, 2018, 56 pages, 14,50 euros.

ADF

Lire l’Attrape-brèves

Attrape-brèves : Le Suaire, tome 2, Turin, 1898

Turin 1898… Au cœur d’une Italie révolutionnaire, le légendaire Suaire est photographié par un certain Secondo Pia dévoilant ainsi, pour la première fois, au monde entier, le prétendu visage du Christ…

Alors que le tome 1 qui se déroulait au 14ème siècle nous présentait un obscur Moyen-âge, ce présent tome, durant lequel le récit se situe au 19ème siècle, dépeint une époque aussi sanglante que picturale… Les planches sépias, fantasmagoriques à se damner, signées par l’excellent, Eric Liberge, nous plongent magistralement dans le tourbillon des sentiments humains, aussi passionnés que destructeurs. Un tome 2 qui poursuit avec panache cette trilogie épique, presque historique ! Le dernier tome à paraître bientôt…

Le Suaire T.2, Turin, 1898, un récit de Gérard Mordillat et Jérôme Prieur. Dessins d’Éric Liberge, Futuropolis, septembre 2018, 80 pages, 17 euros.

ADF

Lire l’Attrape-brèves