A la Une : Barbara

À l’occasion des vingt ans de la disparition de la « longue Dame brune » et de la pénombre de sa voix inoubliable et indissociable de sa plume, les éditions Textuel présentent (ô joie !) en parallèle de l’exposition  Barbara (la belle) qui a lieu Porte de Pantin (la bleue), jusqu’au 28 janvier 2018 à la Philharmonie de Paris, au cœur de la Cité de la Musique (article ici), un recueil écarlate d’une kyrielle de clichés d’une rare intimité de l’artiste baroque aux mille reflets, immortel diamant noir, de la chanson française…

Lire la suite

Publicités

Nocturnal Animals

Le sentiment d’impuissance finit par détruire un être humain. » Haruki Murakami. 1Q84, Livre 1.

Que celui ou celle qui n’a jamais cloué le bec en rêve à celui ou celle qui l’avait humilié verbalement ou physiquement un jour au vent mauvais lève le doigt.

Point d’index ne pointe au ciel ? All right

Lire la suite

Entretien essentiel et formateur avec Dominique Baudoux

ABDF : Dominique, vous êtes l’un des plus grands spécialistes des huiles essentielles de  notre temps. Homme de tous les combats, engagé pour la santé, vous proposez une autre manière de se soigner avec l’essence des plantes en alternative (ou en complément) au parcours pharmaceutique traditionnel, vous luttez chaque jour pour mieux nous faire comprendre l’efficacité des huiles essentielles. Or, il y a plus de vingt-cinq ans, l’aromathérapie n’était pas du tout connue du public accro à la médecine dite traditionnelle. Racontez-nous les débuts de votre combat pour faire (re)connaître les huiles essentielles.

DB : Un combat permanent ou une aventure quotidienne n’est-il pas ce qu’il y a de plus excitant pour défendre une noble cause (la proposition de l’aromathérapie scientifique et médicale). Ouvrir l’esprit de tout thérapeute pour l’amener petit à petit à une prise de conscience collective de l’intérêt de ce que la Nature a de plus dense, mais aussi de plus subtil pour aborder la maladie : les huiles essentielles chémotypées. Au départ, la curiosité doublée d’un intérêt scientifique, conduit à une passion débordante. Celle-ci se mue en véritable vocation, voire mission : livrer un message universel : les bienfaits apportés par les huiles essentielles pour toute pathologie de tous types de patients.

Lire la suite

Sortie du second tome des Contes culinaires de la fée Myrtille – Bertille Delporte-Fontaine

Les contes de Myrtille sont des contes culinaires créés, écrits et illustrés par Bertille Delporte-Fontaine ; l’histoire d’une fée papillon, Myrtille qui répand les bienfaits et les secrets de sa bonne cuisine au fil des quatre saisons, dans tout le pays Merveilleux : Après le succès du premier tome, recettes d’automne de la Forêt enchantée paru le 17 octobre dernier, ce deuxième tome se poursuit sur l’hiver de la Marquise des neiges. Le livre est un recueil de contes saisonniers, doublé d’un recueil de recettes. Ouvrage convivial et pédagogique, il réunit toute la famille en cuisine. Destiné aux petits et grands, les contes de Myrtille revisitent, au cours de son périple, des plats simples et naturels.

DOMINIQUE BAUDOUX (Pharmacien aromatologue. Président de Pranarôm. Fondateur du Collège International d’Aromathérapie. Auteur de livres à succès sur l’aromathérapie et l’utilisation des huiles essentielles) signe la préface de ces tomes.

Parution : 11 décembre 2017 sur Amazon.
5,99 € TTC en version Kindle
48 pages
ISBN : 978-2-9562492-1-4
Illustration originale : © Bertille Delporte-Fontaine

Déjà paru : Contes culinaires de la fée Myrtille – Tome 1 : Recettes d’automne, la Forêt enchantée. Disponible sur Amazon, ici.
A suivre dans les 2 prochains tomes : Recettes de printemps, les sept nymphes ; Recettes d’été, l’île des « pi-pirates ».

En savoir plus

Recettes d’hiver : La Marquise des neiges

Le souffle vespéral des vestales hivernales fouettait la dentelle de mes ailes. Les frimas cristallisaient ma voilure de dures perles nacrées. Je ne pouvais voler. Les rafales gelées me statufiaient. Il me fallait avancer. Mes pas fébriles s’enfonçaient dans la crème lactée des steppes. L’ivoirin brouillard me coupait de toute perspective. La lutte contre les vents s’intensifiait. Mes ailes finirent par céder au vent mauvais, me projetant dans les affres des courants d’air polaire. Torpille Myrtille, par la glace, pilée, complètement, givrée !

Je m’éveillai à l’aube, abominable Myrtille des neiges, marbrée de glace, tel un cornet de boule de nerfs. Je trônai comme un cône sur les pics d’un mélèze, l’un des nombreux résineux résigné à l’hivernale affaire. Comment avais-je réchappé à la fureur des vents ?

Lire la suite

Expo Degas Danse Dessin

Orsay estime le Degas

Parisiens et Parisiennes en piste ! Faites le pas de deux, la valse à trois temps, passez par tous les battements ! Sauts de chat ! Arabesques ! Pas chassés et autres tours jambesques ! Franchissez la Seine et ses fresques fluviatiles ! Par tous les temps  et sans contretemps ! Car, à présent, que se passe-t-il, Bertille ? Orsay, entre danse et dessin, sort la cavalerie en cahiers Valéry et réalise l’ampleur de Degas ! Courez-y, et plus vite que ça !

Lire la suite

Entretien légendaire avec Jean-Yves Mitton

ADF : Jean-Yves, parlez-nous de vos débuts dans la bande dessinée, comment avez-vous intégré le monde des super-héros ? Votre premier travail ? Les lecteurs sont friands du parcours des auteurs…

JYM : À la sortie des Beaux-Arts de Lyon en 1961, j’ai été engagé à l’atelier des éditions Lug en tant que retoucheur. En effet, à l’époque, la censure était féroce. Il fallait corriger les dessins des séries importées d’Italie et des USA pour les remettre aux normes françaises, selon la loi de 1949 qui régissait les publications destinées à la jeunesse. Aujourd’hui, cela fait sourire avec amertume car je devais modifier de véritables chefs d’œuvres comme les premiers Spider-Man et le Silver Surfer. Mais ce travail de sabotage m’a permis d’entrer dans la création en travaillant le soir chez moi jusqu’en 1972. Cette année-là, j’ai quitté l’atelier pour me consacrer entièrement à la BD. Après quelques séries humoristiques et de nombreux épisodes de Blek le Roc, Lug m’a confié deux épisodes du Surfer dans Nova avec l’autorisation de la Marvel et de son patron, Stan Lee. S’en est suivi un épisode de Spider-Man et des Quatre Fantastiques, sans compter de très nombreuses couvertures. À partir de là, il me fut facile de créer mes propres super-héros que j’ai transféré des USA en France

Lire la suite