A la Une : L’île aux remords

Secrets de famille et plus si affinités…

Chaque famille enterre profondément, au fil des générations, les hontes des générations passées. Qu’elles soient adultérines, ou utérines, elles sont souvent identitaires. Les descendants issus du lourd fardeau des secrets, du mensonge légué par leurs géniteurs mènent, de fait, une vie biaisée, incomplète qui les éloigne bien souvent de leur propre vérité ou identité (ouf !)

C’est le cas dans ce récit, L’île aux remords, qui aborde, en écho à Giono ou Marcel Pagnol, avec une nostalgie des temps passés, le délicat thème de la paternité…

Lire la suite

Publicités

La Douleur

A vif.

Le film est l’adaptation du récit dans lequel Marguerite Duras décrit les affres de l’attente de son mari, Robert Antelme, déporté en 1944 pour des faits de résistance.

Un long métrage d’une magistrale mise en scène, en même temps audacieuse et ardente servie par un Emmanuel Finkiel au sommet de son art, avec de superbes comédiens, on ne peut plus graves à l’image, habités par les figures historiques (Marguerite Duras, François Mitterrand, Dionys Mascolo, Pierre Rabier…) qu’ils incarnent. L’absence, bien sûr, du mari déporté, habite chacun des plans du film. Mélanie Thierry, qui incarne sans filets, Duras (sublime dans ce rôle écorché) dépérit, à l’instar de l’auteure, au fil du film. Les bras réconforts de son amant Mascolo/ Biolay) n’y pourront rien changer. La culpabilité aussi, de ne pas avoir été arrêtée à sa place la ronge à chaque instant : on la voit, on la sent, on la palpe, elle est tenace, cette culpabilité… Pourquoi lui, et pourquoi pas nous, se demande-t-elle tout au long du film ?

Lire la suite


Attrape-brèves : Détox ayurvédique

À bas les Amas, vive le bon Karma !

Cette bible indispensable à tout yogi en herbe, en pousse, en gerbe, en course vers le nirvana, s’impose comme le b.a.-ba. de la médecine ayurvédique. Ce guide vert, plus que pratique, de pratique védique, présente les grandes lignes des principes de l’Ayurveda, suivies des « Portraits d’épices » et autres produits thérapeutiques élaborés en abécédaire de 40 aliments-santé-phare (ail, badiane, cannelle, coriandre, fenugrec, gingembre, aloe vera, brahmi, lin, noix de coco), parfaits pour les rasayanas et propose 55 recettes veggie (avec gluten et ghee, proposant parfois, des alternatives véganes) et astuces de cuisine vivante (chutneys, bouillons, salades, boissons, entremets, mets et mélanges épicés), préparations culinaires conçues autour des six saveurs, lesdites rasas (sucré, salé, acide, amer, piquant, astringent) orientées vers les trois doshas, Vāta, Pitta, Kapha... Un ouvrage d’initiation à la tradition de l’Ayurveda et de sa diététique ancestrale, pour une détox idéale sans intox,  à feuilleter après votre salutation au soleil matinale, et autres séances aux cent asanas, à tour de jambe, de cou et de bras, jusqu’à votre chevet de bois ou de soie… Santé et Namaste !

Détox ayurvédique de Falguni Vyas, et Corinne Dupont Hachette Bien être, 19,95 euros.

BDF

Lire l’Attrape-brèves

Attrape-brèves : Quand la diététique chinoise prend soin de ma santé

Les Éditions du Rouergue mettent en exergue et à l’honneur, la diététique chinoise au travers de ce livre de vie ou de survie, haut en saveur, riche en santé, indispensable tout au long de l’année, en cuisine ou au chevet, du levant au coucher… Bâti comme une encyclopédie autour de la philosophie chinoise, cet ouvrage va des grands préceptes fondamentaux, à l’énergie du Yin Yang, aux saveurs des aliments et à l’impact sur nos organes dominants, au regard de chaque constitution, au fil des saisons et de leurs bouleversements (de plus en plus courants en ces temps qui courent ou qui s’arrêtent, tout court) sujets de bien des maux et de déséquilibres constants… L’auteure, Josselyne Lukas, praticienne et spécialiste de la diététique chinoise, propose, ici, dans ce précis précieux élaboré avec méthode, ode à l’alimentation avec chinoiseries, premier soin de tradition et de prévention, 250 recettes-remèdes de saison (attention tout de même, de nombreuses préparations sont carnées, non-véganes à réadapter donc, en fonction de ses envies végétales) des organes et des constitutions, pour devancer et remédier au plus grand mal du siècle : celui de la malnutrition du corps et de l’esprit dans une ère encore et toujours en sursis.

Quand la diététique chinoise prend soin de ma santé de Josselyne Lukas, Éditions du Rouergue 23 euros.

BDF

Lire l’Attrape-brèves

Rêveries quatre : J’ai rêvé mon littoral…

Une nuit, je me suis éveillé sur la plage de mon enfance. Face à moi, se tenait le cyclopéen océan Atlantique, domaine du Dieu Poséidon. Quand je me suis approché du flot, l’une de ses vagues scélérates s’est abattue sur moi. Par chance, ou instinct de survie, j’ai pu échapper à son infernal tourbillon. Là, je me suis planté devant lui, et me suis dit qu’il ne m’avait peut-être pas reconnu. Il faut dire que j’avais bien changé depuis mes jeunes années évaporées. Un instant, j’ai cru apercevoir les courbes d’une naïade naviguant au gré des ondes. Est-ce elle qui avait appelé mon esprit en ce lieu ? En guise de réponse, elle me souffla :

— Je suis La Naïade. Celle que tu as toujours désirée. La Naïade de la noyade. Celle qui adoucit ta dureté…

Lire la suite

Attrape-brèves : Nocturno

Un conte gothique qui dépeint avec lyrisme les tourments de l’adolescence. Karen rêve des krakens habitant les abysses. Tandis que le jeune Seck, est hanté par son défunt père. Sur fond de musique metal, d’un onirisme et d’un univers noir empruntés à Neil Gaiman, les deux âmes égarées se croisent et, ensemble, retrouvent leur chemin (mais lequel ?). L’auteur, Sandoval (ah qu’ils sont bons les Mexicains), déjà père, entre autres gamins dessinés, du très beau « Le Cadavre et le sofa », en mélangeant un sentiment de désespoir, d’horreur et de malédiction imminente, nous livre ici, une œuvre habitée qui s’inscrit dans le courant musical du « doom metal ». Sombres âmes, à vous !

Nocturno, intégrale, de Tony Sandoval. Éditions Paquet. 29 euros.

ADF

Lire l’Attrape-brèves

Attrape-brèves : Bandette, Tome 1

Bandette, en digne héritière d’Arsène Lupin et de Fantômette, est une cambrioleuse masquée qui allège les riches des œuvres d’art qu’ils ont amassées au cours des années. Avec un Paris d’Opéra aux faux airs vénitiens en guise de décor, elle nous emporte dans ses voltiges qui filent le vertige. Son ton pétillant et espiègle signé Paul Tobin nous ramène à l’époque simple et légère (les années soixante) de l’héroïne de Georges Chaulet. L’illustratrice américaine, Colleen Coover, rend, quant à elle, hommage avec ses esquisses à la bédé franco-belge. Pétillant, audacieux, pour des lecteurs friands de panache !

Bandette, Tome 1, de Paul Tobin et Colleen Coover. Éditions Paquet. 16 euros.

ADF

Lire l’Attrape-brèves