A la Une : Interview « western spaghetti » with Marco Turini

1/ADF: Marco, buongiorno, what was your first job in the comic books industry? How did you set foot in this bizarre business?

MT: Bonjour 🙂 I started professionally in 1994 (I was very young) and I have been doing this job ever since. I started because a publisher noticed my drawings … and I’ve never stopped to do this job.

Read more

L’hypothèse du lézard

Fantasy sous acide de nos vies.

« Sentir » son cerveau se scinder en deux, ses hémisphères se diviser sans appel, sa parole s’envoler en l’air, sa liberté se faire emmurer, son action de vie, annulée, se faire tailler une frontière au beau milieu du visage, se voir à demi couvrir d’une figure de porcelaine, n’entendre et ne percevoir la vie qu’à moitié, entrer dans la peau de Som-Som, l’héroïne soumise, de ce récit taillé par le scalpel onirique d’Alan Moore…

Lire la suite

Monsieur Klein

Comment d’un jour à l’autre, Alain Delon, himself, alias Monsieur Klein, collectionneur d’arts et collectionneur tout court, se retrouve dans la peau d’un Juif résistant (encore et toujours) à l’envahisseur Nazi. « Jouer Klein, un rôle de Monsieur Dupont, avec son chapeau feutre et sa gueule de con… Vous connaissez quelqu’un d’autre pour faire ça ? », déclarait Alain Delon à la revue, Cinématographe, en 1994, dix-huit ans après la sortie du film, Monsieur Klein, réalisé par l’Américain, Joseph Losey. Monsieur Klein, un film ambigu à la troublante dualité.

Si j’ai choisi de chroniquer ce film, produit par Delon dans les années soixante-dix, cette année 2020, c’est en raison du climat pestilentiel à tendance délationniste qui s’est répandu en France (notamment sur les réseaux sociaux) progressivement depuis l’élection (faute de votants), d’Emmanuel Macron le 07 mai 2017. Un climat qui ne cesse de faire écho à celui qui régnait en France dans les années quarante sous l’occupation Allemande. Rapprochement facile ? Psychologie de comptoir ? Conspirationnisme ? Si vous voulez.

L’Histoire nous le dira. Il n’empêche, je n’arrive pas à faire taire cet instinct qui me crie par tous les pores qu’ « aujourd’hui » est un tournant majeur pour le respect de nos libertés dans les années à venir.

Lire la suite

Attrape-brèves – Les Seigneurs de la terre 5

Les Seigneurs de la terre est une série éco-engagée que nous suivons fidèlement depuis ses débuts parce que nous aimons tout simplement son sujet éclairé et son graphisme lumineux (bene, Luca Malisan !), et aussi parce que son auteur, Fabien Rodhain, résident de la Biovallée (vallée de la Drôme) sait de quoi il cause : il est, à l’instar, de son personnage phare un homme de la terre, même s’il n’est pas paysan à proprement parler. Son vécu et ses engagements écolo (et réels) sont palpables dans cette bande dessinée qui saura éveiller, je l’espère, ces citadins qui fantasment la vie « rêvée » d’un paysan et ne font pas la différence entre l’agriculture « qui pollue les sols au nom du progrès » et la paysannerie « qui respecte la terre au nom des traditions ancestrales »… Dans ce tome 5, avant-dernier chapitre de la saga familiale, treize ans se sont écoulés… Son protagoniste, Florian s’est rapproché du ministère de l’agriculture pour défendre au cœur de l’impitoyable arène de la politique, son amour d’une paysannerie sans pesticides, et locale, à mille lieues de l’agriculture mondiale polluante labellisée Monsanto.

« Cultiver son jardin est un acte politique. »

Les Seigneurs de la terre, plus qu’une bande dessinée, est un acte politique.

Les Seigneurs de la terre tome 5, scénario de Fabien Rodhain et dessin de Luca Malisan, Glénat, août 2020, 13,90 euros.

Amis, allez jeter un œil du côté de chez Fabien Rodhain, l’auteur des « seigneurs », militant pour la biodiversité, ici. Retrouvez notre interview de Fabien, ici. Et notre chronique du tome 4, ici. La page du dessinateur, Luca Malisan est ici. Enfin, Glénat, c’est par ici.

ADF

Lire l’Attrape-brèves

Tous Contes de Fées

Recueil de 9 contes fantastiques et oniriques, parus en 3 tomes,  de Arnaud et Bertille Delporte-Fontaine, préfacés par Catherine Locandro et Fabien Rodhain.

Synopsis : Dans le monde onirique des fées papillon vivent des êtres merveilleux aux destins exceptionnels. On y retrouve la nymphe Châtaigne, reine de la forêt vert menthe à l’eau ; Madison, le mannequin de plastique au cœur humain ; Fen et Fenrir, les amants maudits de la terre boréale ; la fée Myrtille, dont la réputation culinaire n’est plus à refaire ; Bulle, le Dieu de l’au-delà et Pierrot, amis par-delà la mort ; le jeune magicien Arsène et son cirque des Merveilles aux tours enchantés ; Sumer June, la petite fille aveugle à la destinée ensoleillée ; et bien d’autres créatures millénaires, comme Philémé, le terrifiant lion ailé aux énigmes fatales, ou Istar, le majestueux oiseau de feu, aux mille vies enflammées.

A propos : Tous contes de fées est un recueil de contes oniriques créés, écrits et illustrés par Arnaud et Bertille Delporte-Fontaine, comprenant neuf nouvelles indépendantes, dont l’action se situe dans le même univers, celui de Tous contes de fées. Ce recueil est scindé en trois tomes de trois contes chacun, parus entre 2018 et 2019. Le premier tome, paru en décembre 2018, comprend : le Conte de la châtaigne, le Conte de la terre boréale ainsi que le Conte à la Myrtille. Le second, paru en avril 2019, comprend : le Conte de l’oiseau de feu et du lion ailé, le Conte de l’autre co(n)té ainsi que le Conte pour Ma(d)ison. Et le troisième tome, paru en juin 2019, comprend : le Conte de l’art scène, le Conte de Sumer June ainsi que le Conte de l’effet papillon. Catherine Locandro, romancière et scénariste aux récits intimistes, et Fabien Rodhain, acteur engagé de la lutte pour l’environnement et auteur, signent respectivement les préfaces de ce recueil.

Lire la suite

Interview A chaud, « Julian Assange », en direct de la manifestation du 12 septembre A Paris !

https://chroniquesdesfontaines.files.wordpress.com/2020/09/img_20200912_134431.jpg?w=1024&h=614

Interview à chaud réalisée durant la manifestation du 12 septembre à Paris, de l’équipe du média indépendant, Le Grand Soir, qui milite notamment pour la libération de Julian Assange et le droit de savoir. Pour la liberté d’expression, de penser et le droit de savoir ! Conversation enregistrée en live avec un téléphone fébrile mais citoyen, sans montage ni effets, avec les aléas et surprises du direct. Avec Viktor Dedaj, pour Le Grand Soir..

Voir la suite

Interview « Spanish and Spicy » with Santiago Garcia and Pepo Pérez

 

https://chroniquesdesfontaines.files.wordpress.com/2020/09/pepo-perez-santiago-garcia-termica-2016-alta.jpeg

1/ADF: Santiago, Pepo, what was your first job in the comic books industry? How did you set foot in this strange business?

SG: For me, it was actually El vecino. I had been in and around the industry of comics for some years before that. I had done a bit of comics journalism and criticism before I started writing comics, so I already knew people: artists, publishers… Also, I had been translating American comics for quite a few years. My first two projects were El vecino and Beowulf, this one with Javier Olivares, which eventually would be abandoned and restarted with David Rubín years later. So, discounting a couple of short stories that appeared a few months before El vecino, this one was my debut in comics. How do you “get into comics”? I have the feeling that this is something that you start to get into when you’re a kid and love comic books more than anything in the world and somehow you never know to stop. Eventually, that little boy that used to read Spiderman is doing his own stories because he can’t think of anything else. Or, at least, I think that used to be the way when I was younger. Nowadays, who knows.

PP: My first professional job was commissioned by a large publishing house in Barcelona, Planeta De Agostini. It was for a collection of American-style comic-books called Laberinto. This was a story starring a Native American superheroine named Sangre (Blood). A bit strange, yes.

Read more

Attrape-brèves : Calendrier Lunaire 2021

Après l’édition 2020, du mythique Calendrier Lunaire édité depuis 1978, signé par l’irréductible Michel Gros, on retrouve, ici, dans ce dernier cru, la synthèse de toutes les influences lunaires de l’année 2021, à venir, ainsi que les dates les plus opportunes pour jardiner et vivre de concert avec l’astre de la nuit.

Dans ses pages, donc, Michel Gros vous donne rendez-vous avec la lune, et les meilleures  influences lunaires et planétaires, et dispense aussi ses précieux conseils pour que vous puissiez jardiner, travailler vos terres, chérir vos animaux et récolter les fruits de votre amour en harmonie avec la Nature !

Le Calendrier Lunaire de Michel Gros, est l’outil, phare dans la nuit, pour comprendre  l’influence de la lune sur nos existences.

Calendrier Lunaire 2021, par Michel Gros, Calendrier Lunaire Diffusion, septembre 2020, 131 pages, 8,70 euros.

Le Calendrier Lunaire 2021, en vente dans les librairies, magasins bio, de jardinage, etc. Rendez-vous sur leur site, ici. Sans oublier la chronique de l’édition 2020 ici, les précédents opus sur la page de nos brèves, ici, avec notre entretien passionné avec Michel Gros, ici.

ADF

Lire l’Attrape-brèves

Next Men

Next ?

Après le temps de l’amour, le temps des copains, le temps de l’aventure des sixties, vient le temps des Next Men. Fi de mes attrape-phrases, place à l’action, avec un couplet de choc et de charme contextualisant la présente série. John Byrne, le créateur… Un auteur que l’on ne présente plus dans la sphère livresque à tendance geek des comic books. Et pourtant, l’homme à la barbe rousse et non frousse, est un quasi John Doe ou Snow pour les amateurs d’heroic fantasy, un presque total inconnu pour le quidam du coin…

Lire la suite